nouveaulogo-cfg

Dans le cadre de « Vision innovation », une série inédite d’entretiens avec des dirigeants d’entreprises et d’organisations, Innovation 02 vous présente la vision de Jérôme Simard, directeur général de la Coopérative forestière de Girardville (CFG), pour qui la culture de l’innovation est profondément ancrée dans l’ADN de son organisation depuis ses origines.

M. Simard replace le contexte socioéconomique de la création de la Coopérative forestière : « La CFG est une entreprise de propriété collective fondée en 1979 et née avec une culture de l’innovation durant une crise forestière avec des pertes d’emplois. À l’origine, une quinzaine de gars ont « starté » ça pour faire de l’huile d’épinettes ».

DSC_0084Il poursuit sans détour : « La culture de l’entreprise c’est l’innovation, c’est dans notre ADN. Notre vision c’est d’être un chef de file dans la gestion et les opérations de ressources forestières. On doit mobiliser le monde autour d’objectifs communs, une vision et une mission définis par nos membres. Innover en foresterie, c’est faire plus avec moins! En d’autres termes, on parle de faire plus de revenus en augmentant la chaîne de valeur avec la même quantité de ressources naturelles. Il faut trouver une nouvelle façon de faire ou faire les choses qu’on fait déjà autrement! On parle alors d’amélioration des processus, d’investissements sur de la machinerie et des équipements plus efficients. Et l’on doit penser le tout dans une vision de développement durable, en termes de valeur ajoutée au territoire ».

Une mobilisation interne soutenue

La CFG compte plus de 500 travailleurs par année. Nul doute que les défis internes de communication et de mobilisation sont de taille. Comment s’y prend la direction pour maintenir la culture de l’innovation? « C’est mon mandat à mon équipe et à moi de trouver des projets d’innovation. On reste à l’affût constamment et on est directement « feedé » par les travailleurs sur le terrain. J’ai des contremaîtres et même des opérateurs qui viennent me voir pour me proposer des améliorations. Encore là, c’est notre capacité de mobilisation et de communication en interne qui nous réussit, car de manière générale, le monde est porté à être conservateur. On organise notamment depuis quelques années un colloque annuel « Vision » afin d’opérer une communication adéquate et mobiliser nos membres. C’est également un moyen de leur apporter des moments de conférences thématiques et des temps d’échange », explique Jérôme Simard.

Une stratégie de différenciation et de diversification économique

Qu’on se le dise, la CFG innove dans la façon de gérer la foresterie et de créer de la valeur avec le bois! La Coopérative a notamment mis en place un centre de tri en forêt des matières premières pour séparer volumes et essences, une inspiration qui lui est venue de l’Europe et qui en plus de lui faire gagner en efficacité, lui a fait réaliser de nouveaux gains sur certaines  ressources jusqu’alors sous-exploitées. En 2006, 75 % de son chiffre d’affaires provenait d’Abitibi Consolidated, désormais Produits forestiers Résolu. Aujourd’hui ce chiffre représente seulement 23 %!  « Il fallait diminuer la dépendance à un seul gros client », précise M. Simard. « C’est comme le principe de la vache avec la viande : 20 % de la matière génère 80 % du revenu. Dans notre cas, notre chiffre d’affaires est passé de 28 millions à 48 millions en un an avec 20 millions générés par de la nouvelle matière non exploitée par le passé! »

Site_web_scarifiage_CFG

En 2007, la CFG est la première en Amérique du Nord à pratiquer le scarifiage à monticules qui offre un rendement de croissance des arbres supérieur à celui des traditionnels scarificateurs à disques, grâce à un équipement suédois spécifiquement fabriqué pour travailler dans les forêts de conifères nordiques.

pot_dorigina« Si tu veux planter des arbres longtemps, il faut que tu sois un chef de file et rester d’avant-garde. Il faut investir dans d’autres secteurs d’activité », déclare le directeur général. « C’est pourquoi nous prenons le chemin de la diversification, mais différemment en investissant en 2e et 3e transformation ». En plus de son corps business, la CFG a mis sur pieds plusieurs filiales : ResoMass, d’Origina et CFG Énergie pour citer les principales. La première constitue un nouveau réseau offrant la solution intégrée de chauffage à la biomasse forestière et aux granulés de bois; la seconde, une gamme de produits novateurs issue de la forêt boréale québécoise; et  la troisième, un tiers distributeur de Resomass pour l’installation et la vente d’énergie à la biomasse forestière qui vise les clientèles résidentielle, commerciale, industrielle, et institutionnelle.

Une croissance bien maîtrisée

membres-travailleurs-de-la-cooperative-forestiere-de-girardvilleBureau_cfg_24_novembre_09_002_mini

Au-delà de la capacité à innover, la clé du succès de la CFG réside dans une bonne gestion, une planification stratégique quinquennale ainsi qu’un plan d’action annuel. « On a une dynamique et une philosophie : apprendre à marcher avant de courir afin de contrôler notre croissance. Quand on innove, on peut faire un pas en arrière pour mieux avancer, c’est permis!  Nous avons notamment une orientation stratégique en lien avec la collaboration et les partenariats. On souhaite servir d’incubateur d’entreprises dans le futur notamment pour la 2e et la 3e transformation du bois. Si quelqu’un m’appelle, on peut s’associer si son projet tient la route. Grâce à notre vision et notre nouveau complexe administratif-techno-industriel, on est prêt pour de nouvelles collaborations. Techno, car nous avons un département technique avec service en géomatique; industriel grâce à notre nouvelle scierie, mise sur pied avec un partenaire, que nous détenons à 50% », conclut M. Simard.

Avis aux intéressés, si vous œuvrez en foresterie, la CFG est un partenaire de choix en région!

Vous voulez en savoir plus sur les activités de la Coopérative forestière de Girardville, visitez son site internet.

Crédits photos :
Photo de Jérôme Simard : Romain Cunat
Autres photos : courtoisie